Strapping du doigt

Jocelyn-William LOUBRIAT
photo-1
Prélever une bandelette d'un tiers de strap (Strappal® 4 cm ou Omnitape® 3,75 cm) d'environ 20 à 30 cm.
photo-2
Partez de l'extrémité distale de la phalange (= vers le bout du doigt).
photo-3

Enroulez en spirale, par chevauchement partiel du tour précédent, vers l'extrémité proximale de la phalange (= vers la paume).

photo-4
La bande, ainsi posée, doit englober l'ensemble de la phalange.
photo-5
Les bandelettes doivent être serrées pour avoir une efficacité de maintien. Mais il faudra veiller à ne pas couper la circulation sanguine : si le doigt devient rouge foncé, c'est normal, s'il devient vraiment violacé, retirez la bande et replacez-la en serrant un peu moins fort.
photo-6
Procédez de la même manière pour la deuxième phalange.

Ces deux bandes ont pour but de limiter les efforts sur les poulies. Dans l'absolu, elles n'empêcheront pas une rupture si rupture il doit y avoir.
Bien réalisé, c'est-à-dire avec un serrage adapté, le maintien d'une poulie lésée est ainsi très efficace.
En fonction des douleurs ressenties dans le doigt, vous pouvez adapter en ne posant qu'une bandelette sur la phalange douloureuse. Faîtes le test, si cela vous soulage persévérez, si ce n'est pas le cas n'oubliez pas de consulter un spécialiste.

La pose de la bandelette suivante se fera lors d'une ténosynovite fraîche ou d'une rupture de poulie fraîche. Pour une ténosynovite, la pose des 2 bandes précédentes n'est pas obligatoire, posez cette dernière bande en double.

photo-7
Prélevez une bandelette de deux tiers de largeur du rouleau et procédez de la même manière pour englober les deux premières phalanges.
photo-8
photo-9
Cette dernière bandelette limite ainsi la flexion du doigt.
Retrouver l'article complet sur le strapping du doigt dans le numéro 122 de Grimper logo_grimper
FaLang translation system by Faboba