bouton-vert-canard-accueilbouton-vert-canard-ppbouton-vert-canard-entrainebouton-vert-canard-pathobouton-vert-canard-soins
pub80
 

Newslettre

pub80


Les tendinopathies (prévention)

Jocelyn-William LOUBRIAT

Hydratation :
Une mauvaise hydratation favorise grandement le développement des tendinopathies. Lorsque le corps se déshydrate, ce qui est déjà le cas dès l’apparition de la sensation de soif, les tissus sont moins bien drainés. Les déchets métaboliques peuvent s’accumuler alors que certains sont nocifs pour les tissus. Le risque est d’autant plus grand que les tendons sont des zones faiblement irriguées.

En pratique :
- boire régulièrement dans la journée,
- pendant l’effort, boire par petites quantités (2 gorgées) toutes les 10-15 minutes,
- augmenter ces quantités en altitude et lorsqu’il fait chaud ou froid.

 

Alimentation :
Alors que certains éléments nutritionnels favorisent la reconstruction tissulaire, d’autres peuvent entretenir un phénomène inflammatoire.
Ainsi, de manière générale il est conseillé d’adopter une alimentation apportant Vitamine C, Vitamine E, Carotène, Silicium, Zinc et Sélénium. Ces éléments sont principalement contenus dans les fruits, les légumes et les céréales. Une alimentation variée riche en fruits et légumes, associée à la consommation quotidienne d’huiles végétales et régulière de poissons gras (pour leur apport en Oméga 3 et 6) est donc essentielle.

D’autre part, il faudra veiller à un équilibre acido-basique de notre alimentation. En effet, l’alimentation moderne a tendance à être trop acidifiante pour l’organisme alors qu’elle devrait être neutre. Vous limiterez donc vos consommations de viande rouge et de laitage notamment.
Pour plus d’infos, le site lanutrition.fr passe les aliments « à la loupe » et vous détaille le contenu de vos aliments.

Je vous invite à relire l’article sur l’alimentation du sportif : Nutrition et performance, publié sur le site.

 

Echauffement :
Aucune lassitude à le répéter, pour préparer l’organisme à l’effort, l’échauffement est essentiel. L’augmentation de la température corporelle et l’afflux sanguin en périphérie permettent aux tissus tendineux de meilleurs glissements et une meilleure vascularisation, autant de facteurs limitant les risques de lésions.
L’échauffement comporte 3 phases : générale, orientée, spécifique. Chacune ayant son importance. Pour tous les détails je vous renvoie à l’article correspondant.

 

Récupération :
Les tendinopathies résultent en partie d’une rupture de l’équilibre destruction/reconstruction naturellement en place. Il semble logique que si la pratique sportive est un élément favorisant la destruction, la reconstruction sera favorisée par la récupération. Un déficit de sommeil chronique pourra donc favoriser l’apparition ou l’entretien de tendinopathies. À l’inverse, le sommeil et la sieste seront des périodes où l’organisme aura pleinement la possibilité de se régénérer. Il ne faudra donc pas les négliger. Plus d'infos sur la récupération.

 

Articles liés :

Pathologies : Les tendinopathies
Soins : Les tendinopathies (prise en charge)

 

 


Références :
BRUCHARD A., DUEE T. : Tendinopathie, nutrition et micronutrition. Profession Kinésithérapeute n°21, 2008.
CHANUSSOT J.C., DANOWSKY R.G. : Traumatologie du sport, Éd. Masson, 5ème éd., Paris, 1999.
ROUSSEAU V., CASCUA S. : Alimentation pour le sportif, de la santé à la performance. Éd. Amphora sports, 2005.
HAUSSWIRTH C. et coll. : Fiches pratiques pour la récupération en sport. Éd. INSEP 2010.

 

Recherche


pub80